Comment se suicider: la méthode efficaces en 25 points

Découvrez comment changer de vie...
Inscrivez-Vous et Recevez Gratuitement le Nouveau Livre "7 Secrets pour Changer de Vie Maintenant!
Votre email demeurera 100% confidentiel. Nous détestons le spam autant que vous!
comment se suiciderLe taux de suicide est actuellement en augmentation perpétuelle.

Un choix pour ceux qui ne voient plus d’autres options, encouragé par la complexité du monde dans lequel on vit.

Il existe pour cela des centaines de façons, aussi farfelues que risquées, de se suicider.

Mais il ne doit quand même pas être si évident que ça pour les personnes qui se voient souffrir le martyre de savoir comment se suicider.

D’ailleurs, il leur faudra beaucoup de courage et de conviction. Dans presque tous les cas réussis, la douleur l’emporte sur les doutes et la lâcheté.

La vie est parfois dure avec nous et elle nous réserve souvent des surprises bouleversantes, des situations auxquelles on pense ne pas pouvoir tenir. Si certaines personnes arrivent toujours à tout encaisser, d’autres ont besoin de temps avant de guérir. Le reste, ceux qui ne guérissent jamais, décide alors de commettre l’irréparable. Ils choisissent le suicide comme issue de secours face à des problèmes qui leur sont à première vue insupportables. Ces difficultés peuvent concerner le milieu affectif, professionnel ou financier.

En effet, ce sont toujours les problèmes classés insurmontables qui incitent les gens à mettre fin à leur vie, quand la douleur devient insurmontable. Il n’y a pas de limite d’âge, les ados, les jeunes, les adultes et même les personnes âgées peuvent être touchés par cette sombre envie. La plupart n’ont pas plus envie de mourir, ils veulent simplement être soulagés et débarrassés de leurs difficultés. C’est pourquoi il est judicieux d’y remédier rapidement.

Avant de vous décider, réfléchissez d’abord sur les raisons qui vont vous empêcher de passer à l’action. Accordez-nous quelques instants pour vous aider et vous donner des conseils pour surmonter cette crise suicidaire.

Lisez attentivement ces 25  arguments et conseils et vous remettrez certainement en doute votre avis. Si vous êtes encore là, c’est que vous continuez de douter. Profitez de cette incertitude pour vous remettre les idées en place.

Les méthodes de suicide

La pendaison est très courante en matière de suicide, ainsi que la mort par suffocation. Il suffit en effet pour le premier moyen d’une corde et d’un support bien solides. Se tirer une balle dans la tête ou ailleurs sur ses parties vitales est une autre option. D’autres préfèrent avaler des médicaments en surdose ou d’autres poisons, se droguer. Sinon, ils vont sauter d’une falaise ou d’une autre pente dangereuse, à partir d’un hélicoptère, à l’eau alors que vous ne saviez pas nager.

Certains ont réussi à se faire écraser par une voiture, par un train ou une autre locomotion, à rouler à grande vitesse pour se faire écraser volontairement. Moins courants, il y a les attaques de crocodiles, de serpents à venin mortel ou autres prédateurs. Se laisser mourir de faim va vous tuer, mais, dans d’atroces et longues souffrances, tout comme de choisir le feu pour se tuer, par exemple, en brulant sa maison tout en restant dedans.

Bref, vous en trouverez pas mal de moyens de vous suicider, mais vous allez avoir très mal. Sachez qu’il existe aussi des tas de raisons qui peuvent vous empêcher de passer à l’action, sur lesquelles il vous faudrait réfléchir. Tout au moins, écoutez d’abord ces conseils avant de vous reposer la question à mille bales : comment se suicider. Vous avez encore pris le temps de nous lire, c’est déjà bon signe, à nous de vous dissuader de ce plan farfelu et à vous de montrer votre volonté de guérir.

Il n’y a pas de solution miracle

Beaucoup de gens se demandent comment se suicider facilement et sans douleur. Et bien, vous serez déçu, car il n’existe pas de solution miracle. Quel que soit le moyen que vous auriez choisi, vous vivrez des instants de souffrances atroces. La mort n’est pas gratuite. C’est dans des cas rares d’accidents mortels que vous pourrez espérer mourir sur le coup, sans avoir le temps de réagir.

Vous allez beaucoup souffrir

Même si vous ne serez conscient que quelques secondes lorsque vous vous suicidez, vous aurez l’impression de souffrir terriblement pendant une éternité. Les rescapés sont unanimes sur ce point. Alors, ne croyez-vous pas qu’il sera judicieux d’essayer de vaincre votre souffrance plutôt que d’en rajouter encore ?

Confiez-vous

Si vous êtes encore dans l’incertitude, faites l’effort de vous confier à quelqu’un qui vous écoutera. Si cette personne ne réussit pas à vous dissuader de mourir, au moins, vous aurez essayé. L’avis d’un tiers pourrait vous ouvrir l’esprit et aboutir éventuellement à un changement d’avis. Cette personne pourra également vous consoler du mieux qu’il peut, allégeant ainsi un peu de votre souffrance.

Choisissez impérativement quelqu’un d’attentionné, quelqu’un qui est toujours prêt à écouter. Vous pouvez la trouver parmi vos proches, vos amis, un psychologue ou un inconnu connu pour son bon cœur. Appelez à l’aide le plus rapidement possible. Vous serez compris et épaulé, car même la plus petite des tristesses mérite attention et réconfort.

Laissez les autres vous aider

Si vous avez autour de vous des personnes qui vous aiment et qui tiennent à vous, ils remarqueront sans doute votre souffrance. Au pire, ils le sauront après que vous leur aurez fait part de votre projet de suicide. Dans les deux cas, ils ne manqueront pas de vouloir vous aider. Ils seront malheureux de vous voir souffrir. Laissez leur trouver avec vous une issue à vos problèmes et vous soutenir tout le long de votre combat contre la mort.

Pensez à ceux qui vous aiment

Nous avons toujours au moins quelqu’un qui tient vraiment à nous. Pensez à votre tour à la souffrance qu’ils vont endurer quand ils sauront ce que vous avez fait. Ils ne voudront certainement pas que vous les quittiez soudainement et ils regretteront tellement de ne pas avoir su vous aider. Leur vie risque de basculer à leur tour. Vous aurez alors entraîné le suicide d’autres personnes ou au moins aurez réussi à gâcher leur vie à jamais. Ça ressemble un peu à un meurtre. Nous n’irons pas plus loin, vous seul avez la clef.

Attendez un moment avant de passer à l’acte

Si vous avez pu prendre le temps de nous lire durant ces quelques minutes, vous pouvez être capable de résister encore. Il y a plus important que de chercher comment se suicider. Essayez alors de prendre du recul, même si c’est pour réaliser vos dernières volontés. Il y a bien des chances que vous changerez d’avis. Et puis, comme ça, vous avez le temps de mettre en pratique nos conseils afin de vous prouver vous-même et prouver aux autres la véracité de nos propos, qu’il est judicieux de se battre dans la vie plutôt que de vous suicider. D’ailleurs, nous avons pour unique but de vous aider. Vous laisserez en même temps à votre entourage une possibilité de vous sauver et de vous prouvez qu’ils tiennent à vous et surtout qu’ils peinent à vous voir souffrir ainsi.

La vie est faite de haut et de bas

La vie est ainsi faite, de joies et de douleurs. L’essentiel est de savoir remonter la pente. Ce qui ne veut pas dire que toutes les souffrances sont faciles à lutter. Mais sachez qu’elle vous réserve encore de beaux cadeaux que vous risquez de ne jamais obtenir si vous choisissez de vous tuer. N’êtes-vous pas curieux de savoir ce qui se passera demain si vous choisissez de rester, devoir ce qui vous sauvera de vos malheurs ? Après la pluie, le soleil revient toujours. Ne vous accablez pas quand vous êtes dans une descente, gardez espoir que dès demain vous la remonterez joyeusement. Tout le monde vit comme ça.

Vous n’êtes pas seul

Des centaines de millions de gens vivent chaque année dans des problèmes insurmontables et cherchent comment se suicider. Ne croyez surtout pas qu’il n’y a que vous qui souffrez ou que la douleur des autres est minime par rapport à la vôtre. On dit même que dans la vie, il y a plus de larmes que d’eau. Le plus surprenant, c’est que la plupart finalement ne passent pas à l’acte et ne le regrettent pas pour autant. Pour ainsi dire, vous n’êtes pas seul à vous battre, vous vous ralliez simple à une cause combattue par cet effectif.

D’autres avant vous s’en sont sortis

Il n’y a pas que vous qui souffrez intensément des caprices de la vie, que se soit la perte d’un être cher, une déception amoureuse, la perte d’un travail, l’endettement ou tout autre problème. D’autres avant vous ont passé le même chemin. Prenez modèle sur eux. Ils ont su se battre et ont trouvé des raisons de ne pas mettre fin à leur vie. Ils auront passé du temps à chercher ces raisons et des solutions à leurs problèmes. Ils ont été très courageux.

Ne soyez pas égoïste

Ne tachez pas la mémoire de ceux qui ont choisi de se battre contre une pensée, et surtout de ceux qui ont gagné. Ils n’ont jamais passé à l’action, car ils savent désormais que les problèmes sont faits pour être résolus, qu’ils ne sont pas les seuls qui souffrent et qu’ils rendront d’autres personnes malheureuses. Les problèmes sont le lot du commun des mortels, le courage appartient aux plus forts. Prenez la décision d’en faire partie une bonne fois pour toutes.

Battez-vous

N’acceptez pas la défaite sans vous battre. Tout le monde est né pour gagner. Pourquoi pas cette bataille ? Souvenez-vous des périples dans lesquels vous étiez déjà engouffrés avant, souvenez-vous de votre stratégie et surtout de votre victoire. Vous en sortirez plus fort et fier. Dites-vous que plus rien ne vous fera penser à vous suicider. Vous choisissez la mort pour vous soulager, mais vous ne connaitrez pas ce sentiment si vous mourez vraiment. Alors, faites de votre mieux pour surmonter vos douleurs et goûter à cette sensation de soulagement sur terre, en restant vivant.

Donnez le bon exemple

Plus, vous encaissez, plus vous grandirez. Refusez de vous incliner face au suicide. Mieux, vous pouvez devenir une référence et donner un bon exemple ensuite à ceux qui se trouveront également dans l’impasse. Vous sauverez votre vie et celle des autres. Pourquoi ? Parce que vous allez montrer au monde que rien n’est impossible et que toute situation, aussi douloureuse soit-elle, peut être surmontée. Beaucoup se mettront à suivre votre voie.

Devenez professeur

Non, ce n’est pas pour apprendre le français ou une autre matière dans une quelconque école. Seulement, quand vous aurez guéri de vos envies suicidaires, vous aurez su comment faire. À partir de là, vous reconnaitrez les gens qui sont en train de vivre votre ancienne galère. Vous pourrez alors les soutenir et les aider. Vous les ferez revenir sur le bon chemin, comme vous l’avez fait avant. Vous trouverez des arguments valables pour les dissuader de se tuer. Le monde ne s’en portera que mieux, avec un peu moins de souffrances.

Le point du non-retour vers l’inconnu

Entre la vie et la mort, il n’y a qu’un pas. Réfléchissez bien, car il n’y a pas de possibilité de faire machine arrière une fois arrivée au point de non-retour. Vous ne savez rien de ce qui vous attend ensuite. Que vous réussissiez ou non, le mal est déjà fait. Vous serez mort, ou sinon vous serez toujours là à encaisser les conséquences de votre acte, qui ne seront pas forcément plaisantes.

Ne passez pas les derniers instants de votre vie à souffrir

Sauf si vous vous tuez avec une balle dans la tête, vous mettrez un tout petit peu de temps avant de vous évanouir en pensant que vous êtes mort, sinon de mourir pour de bon. Ces derniers instants risquent d’être longs, vous repasserez toute votre vie dans votre tête, vous vous demanderez beaucoup de choses, notamment vos choix et vos parcours. Surtout, vous allez regretter alors qu’il peut être trop tard. Ce passage de la vie à la mort sera d’autant plus douloureux que vos problèmes. Donc, s‘il vous plait, repensez-y une dernière fois.

Vous souffrirez physiquement si vous échouez

Bon nombre de suicidaires ne réfléchissent pas aux conséquences que pourrait avoir leur acte, sur eux et surtout sur les autres, de manière physique et psychologique. En effet, si une tentative de suicide échoue, elle peut dériver sur des handicaps ou autres maladies. Par exemple, une pendaison ratée ou une suffocation qui ont mal tourné peuvent mener à une paralysie à vie. Au mieux, si vous en revenez avec quelques égratignures, au sens figuré du terme, vous risquerez d’atterrir dans un hôpital et vous ressentirez quand même de la douleur.

De même, vous souffriez mentalement

Il vous faut également de la chance pour réussir à mourir, sinon, vous vivrez désormais dans le regret, le traumatisme, la peur de recommencer, etc. Ne parlons pas de la honte que vous ressentirez au quotidien et la destruction de votre réputation. Vous risquez d’aggraver encore votre situation, car dans ce cas vous ne serez aucunement soulagé. Au contraire, vous vous serez fait encore plus de mal.

Vous ferez souffrir les autres

Votre action entraînera surtout de nombreux impacts négatifs pour les autres. Votre présence va leur manquer si vous mourez, mais surtout vous leur donnez un mauvais exemple, quel que soit le résultat. Ceux qui vous ont estimé recevront spécialement le coup. Ils seront déçus de la vie et feront de votre cas une excuse pour sombrer à leur tour si de graves problèmes se présentent. Pire, ils oublieront ce qu’est le courage et ce qu’est le sens de la vie.

Faites taire vos ennemis

Sachez que vos ennemis se réjouissent actuellement de votre situation. Ne leur laisse pas ce plaisir, prenez-vous en main. Personne ne doit céder à la lâcheté, c’est en procédant ainsi d’ailleurs que vous allez avoir accès aux belles choses de la vie. Quand vous ne serez plus aveuglé par ces ondes négatives, vous verrez que la vie vaut ce combat. Vous ferez comprendre à ceux-là qui ne vous aiment pas que vous aussi puissiez goûter au bonheur, et que vous êtes brave dans toute situation, aussi éprouvante soit-elle.

Essayez de trouver une solution

Quand vous aurez l’esprit un peu lucide et que vous ayez acquis une certaine force, comme le préconise l’article, cherchez une solution. Trouvez au moins une ébauche, une façon de fuir les problèmes, autre que la mort. Vous gagnerez plus de force et d’espoir au fur et à mesure. ET demain, tout ira mieux. Agissez !

La mort est un mystère

Vous êtes-vous déjà posé des questions sur ce qu’est la mort ? Personne ne pourra vous répondre de manière satisfaisante puisqu’aucun mort n’est revenu de l’au-delà pour nous expliquer. Et votre mémoire risque d’être vite oubliée, surtout si vous mourrez par suicide, alors que vous auriez rêvé du contraire. Beaucoup auront voulu qu’on se souvienne de leurs actes d’héroïsme, de leur célébrité ou de leur renommée, même s’ils n’en savent rien une fois dans l’au-delà.

La mort fait peur

À bien y penser, la mort ne vous fait-elle pas peur ? En tout cas, c’est sombre et froid. Imaginez votre corps glacé, figé dans un cercueil, à se consumer jusqu’à n’être que poussière. À bien y penser, tant que la vie vous est donnée, il faut en profiter. Ici, vous ne doutez pas qu’il y a de belles choses, contrairement à ce terrain inconnu qui pourra vous réserver des surprises. Ne vaudrait-il pas mieux attendre que votre tour vienne de son plein gré ?

Vous pouvez tout oublier

Personne ne vous conseillera le suicide comme issue de secours face à vos plus grandes douleurs, sauf bien sûr les plus sadiques. Passez le cap et apprenez à oublier un petit peu chaque jour. Le temps vous aidera. Pensez à tous ceux qui ont cru en l’espoir, à ceux qui par conviction d’une réussite, amoureuse, professionnelle, financière, ont continué à se battre. Ils ont choisi d’oublier et de recommencer.

Redémarrer votre vie à zéro

Pour pouvoir passer à autre chose, partez d’une autre base. Vous pouvez y arriver en changeant de domicile, ville ou même pays, en changeant de boulot, en renouvelant vos fréquentations, en modifiant vos habitudes. Prenez la peine d’essayer, votre douleur deviendra votre force. Elle s’estompera dans le temps, et chaque fois que vous obtiendrez un résultat.

Vous ne regretterez pas

À la fin de votre lecture, nous espérons que vous entrouvrez déjà la porte de sortie, que vous savez désormais comment s’y prendre, et que vous avez la force au moins d’essayer. Plus tard dans votre vie, vous sourirez à la pensée de ces problèmes. Vous ne regretterez aucunement votre décision, car la joie sera toujours à votre accès. Mieux, vous ne repenserez plus à cette option, quels que soient les obstacles qui peuplent votre chemin.

Vous en voulez encore plus?
Inscrivez-Vous et Recevez Gratuitement le Nouveau Livre "7 Secrets pour Changer de Vie Maintenant!
Votre email demeurera 100% confidentiel. Nous détestons le spam autant que vous!

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

    comment se suicider, se suicider, suicides methodes, suicide sans douleur, mourir sans souffrir, mort rapide et efficace, comment se suicider sans douleur, comment se pendre, comment se suicider sans souffrir, comment mourir

Comments

  1. Une sacrée méthode que tu détailles là pour éviter de se suicider :)

    C’est tout de même hallucinant le nombre de gens qui ont envie de mettre fin à leurs jours…

    Attendre un moment avant de passer à l’acte est effectivement très efficace car agit sous l’effet de l’émotion et l’impulsion n’est jamais une bonne idée.
    Chouchou et Loulou a dernièrement publié…Comment se suicider : voici ma méthode redoutable en 5 étapesMy Profile

  2. Article très intéressant. Je suis tout à fait d’accord avec ce qui est dit. Cela résume très bien le souci de suicide. Souvent, vouloir se suicider est un aveu de désespoir, c’est un acte désespéré pour la personne en souffrant qui cherche à se faire entendre. Les tentatives de suicide sont un moyen pour dire “s’il vous plaît aidez moi à tout prix, je suis au bout du rouleau là”.

    Souvent, mais pas toujours, une personne qui parle de son “souhait” de suicide le fait rarement, elle passe rarement à l’acte, sinon elle n’en parlerait pas.

    En tout cas, la tentative de suicide fait écho à une tension émotionnelle très forte. Et dans ces moments-là, être submergé d’émotions négatives n’est jamais très bon. Comme on dit, la colère est bien mauvaise conseillère. Il en va de même pour toute émotion négative.
    Sébastien a dernièrement publié…Pénalité Google Panda : tuer cet animal est possibleMy Profile

  3. Bonjour,
    La douleur est un dernier signe émis par l’organisme. C’est la douleur qui est une souffrance.
    La mort, quant à elle, est – ne l’oublions pas – le néant. La mort se caractérise par l’absence totale de toute réaction aussi bien positive que négative et donc la douleur. La mort est la quintessence de la vacuité même. La peur se réfère donc à la douleur et c’est à ce que l’on ne connait pas, comme la mort. La souffrance et la mort sont très proches l’une de l’autre dans l’espace-temps que nous connaissons tous, communs des mortels. C’est pourquoi on assimile la douleur à la mort.

  4. Ayant personnellement envie de me suicider, cet article ne m’a pas particulièrement aidé (je ne dis pas cela pour dénigrer l’auteur et/ou le site, loin de là).

    Cependant, rassurez-vous : pour se suicider, il faut un sacré courage, et ce courage, clairement je ne l’ai pas. Donc je resterais parmi vous, à souffrir, à mourir lentement … Est-ce une meilleure solution ? Je vous laisse seul juge.

  5. Anne Onyme says:

    Vous avez oublié de préciser maladie psychiatrique associé à des douleurs physiques vous menant tranquillement vers la morphine à grands pas ? Les allergies, la bipolarité de type 1, le système digestif et dents foutus, l’asthme, l’herpès, vision triple à cause des tonnes de traitement, le traitement psy et la morphine, ça fait pas un peu de trop ? Repensez à votre article en prenant l’exemple de méga poisse.
    Tout ceci entraîne pas d’amis, pas d’amoureux(se), impossible de travailler, de conduire, de porter d’enfant et j’en passe.
    Merci

  6. Bleu-noir says:

    C’est bien beau tout ça mais à quoi ça sert de vivre quand on est incompris, jugé, seul, toujours mis à l’écart, qu’on arrive à rien, qu’on se sent rabaissé, qu’a 34 ans rien ne se passe en positif, rien n’évolue, et qu’on vit dans un monde aussi moche que le notre ?
    Je n’y trouve pas ma place… Je ne trouve aucune raison de vivre. Et ça fait longtemps que ça dure… Je suis dans une famille de merde, j’ai très peu d’amis, quasiment aucun de vraiment présent, et être esclave de la société ça ne m’interesse pas.
    Mon couple n’en n’est plus un depuis trop longtemps…
    Je suis très mal dans ma peau et dans ma vie, je n’en peux plus…

  7. Ce qui m’énerve c’est toujours de vouloir culpabiliser celui qui veut en finir, au contraire ça donne plus envie d’se foutre en l’air et d’leur dire merde à tous.
    A bon entendeur

  8. Merci d’avoir encore plus confirmé mon envie… Arrêtez de vouloir constamment forcer les gens à vivre ! Certes le suicide fait passer par une étape douloureuse et longue, mais qu’est-ce face à un quotidien composé de douleurs et de chagrins qui ne cesse de s’amplifier ?
    Demander de l’aide ? Oui, comme ma mère a fait avant de se retrouver shooté au médocs et complètement hors de la réalité.. Bêtise…
    “La mort ça fait peur, ça fait mal, on ne la connait pas.” Et l’utilité de la vie ? A part naître, bouffer et chier à longueur de journée, en se torturant le cerveau au taff avant d’enfin pouvoir toucher 3 malheureux sous quand on est trop vieux pour bouger comme quand on était jeune, et voir les nouvelles générations dériver de plus en plus et se dire “Que deviens notre monde ?”… je n’y vois aucun intérêt.
    Occupez vous de votre vie, et laissez ce qui veulent partir s’en aller.
    Je préfère finalement souffrir quelques minutes pour partir que rester ici.

  9. Bonjour à tous.
    Le jumeau de mon Mari c’est suicider dans la nuit de vendredi à samedi . Nous étions très familles , et mon beau frère était très déconner , blinder d’humour. “Mon mari le suivais bien naturellement dans ces bêtises qui nous fesais tellement rire. Ils était très proches, comme souder comme le lien du jumeau. Mon mari ressent depuis vendredi , la corde autour de son coup. Il n’arrive plus à s’allimenter. Sa mort fut brutal pour nous. Il avait montrer ces faiblesse à personne. Malgré qu’il avait eu des accusations contre lui. J’accepte son choix. Le plus dure pour moi ces que j’ai l’impression d’avoir perdue une partie de mon mari.

  10. Mon compagnon depuis 18 ans, papa de mes deux enfants a été tué par un camion en partant travailler… à 200 m de chez nous… le 13 février dernier, nous nous étions retrouvés, nous étions bien, trop bien même disait-il… j’ai envie de prendre mes deux enfants et d’aller le rejoindre… c’est égoïste je sais… mais la vie n’a plus de goût… j’angoisse quand vient l’heure à laquelle il rentrait du travail… les week-end sont vides… je me force à tout pour mes enfants… seule je me laisserais aller… à quoi bon… le 13 février jusqu’à 7h40 j’étais une femme heureuse et maintenant je suis vide…

  11. BobDylan says:

    Bonjour,

    Merci pour cet article. Je suis du public auquel il s’adresse.

    Cependant, il est intégralement tourné vers la négative (tous les drames potentiellement engendrés par un suicide), la menace (de souffrance), la peur (de l’inconnu de la mort). Tout ce qui serait censé nous retenir, c’est une perspective encore plus horrible ? Ce propos ne fait que me coincer, et ne me donne certainement pas l’espoir de quelque chose de mieux. Non pas que l’auteur me devait quoi que ce soit, je suis arrivé ici en cherchant une méthode pour m’éteindre doucement, lentement.

    Parce que ce désespoir que vous vendez, je l’ai bien déjà. “Si je saute du huitième étage, que se passe-t-il pendant la seconde où mon corps s’écrase en bas ?”, “Comment me pendre sans avoir un sursaut imbécile de frayeur et laisser tomber en plein milieu ?”,… Je suis prisonnier d’une vie sans espoir, sans nouveauté, sans “bon”, où les seules relations humaines sont mépris, ignorance, politesse gênée. Une vie dans laquelle je regarde le monde entier vivre, partager des codes, des normes, des choses qui semblent naturelles à tous, même ceux qui se sentent les plus exclus, alors que je me sens socialement handicapé, incapable de tenir une simple conversation avec qui que ce soit, incapable d’avoir un projet autre que de me pendre, incapable de vivre.

    Pour ceux qui pourront échapper à leur drame, ce n’est pas la culpabilité, la peur, le regret que vous leur jetez au visage, qui les auront aidés. Ce sont les petits détails de l’existence qui la rendent merveilleuse, les petites choses qui n’appartiennent qu’à eux, ce qu’ils ont de magnifique tout en l’ignorant, et qu’ils avaient oublié de voir. C’est ce qui est positif.

Speak Your Mind

*

CommentLuv badge