Rédiger un message de vente efficace : 7 éléments clefs

rédiger un message de venteRéussir à vendre facilement un de vos produits peut résulter uniquement d’un simple message bien écrit qui capte l’attention, qui touche la sensibilité d’un certain nombre de prospects.

Et ça, vous devez pouvoir le faire.

Un petit message, bien structuré, qui explique les raisons pour lesquelles de potentiels clients devraient envisager acheter un de vos produits, chez vous.

Vous l’avez sûrement compris, aujourd’hui, nous parlerons des messages de vente.

Je vous partagerai, à travers cet article, 7 éléments clés pour rédiger un message de vente efficace. Et cela viendra booster votre business. Mais avant, parlons du message de vente en lui-même.

Ce qu’il faut retenir de ce que c’est qu’un message de vente efficace

Un message de vente efficace doit répondre à 2 principales questions qui sont les plus importantes aux yeux des potentiels clients que vous démarchez :

  • Pourquoi devrais-je acheter le produit que vous vendez ?
  • Pourquoi devrais-je acheter chez vous ?

Je pense que tout est résumé là. Si vous répondez à ces 2 questions, vous êtes pratiquement sûr d’avoir l’assentiment de vos potentiels clients.

Vous devez donc dans votre message de vente apporter une réponse à ces questions.

Mais allons dans plus de détails. Parlons maintenant des éléments clés à prendre en considération dans l’élaboration de votre message de vente. Vous verrez comment c’est essentiel.

7 éléments clés à prendre en compte pour rédiger un message de vente efficace

Clé n°1 : Évitez le moi, moi, moi

Cela vous paraît bizarre hein. Du tout.

Le plus important pour un potentiel client, c’est la solution. Ce n’est pas le fournisseur.

Arrêtez donc de tout ramener à votre personne ou à votre entreprise. Parlez de la solution. Cette solution-là qui viendra libérer le prospect de la difficulté qu’il rencontre. C’est ce qui l’intéresse. Et c’est bien normal. Le client recherche une solution pour satisfaire à son besoin. Point.

Mettez-vous à la place du prospect, et vous comprendrez.

Et quand vous rédigez votre message de vente, mettez-vous dans la peau de votre prospect. Écrivez comme si le message en question vous est dédié, et regardez s’il vous donne l’envie d’acheter. En un mot, mettez-vous dans la peau du potentiel prospect.

Clé n°2 : Ciblez vos potentiels clients

Votre message de vente doit être rédigé en fonction de l’audience que vous visez.

Une des grosses erreurs commises, et le plus souvent rencontrées est que le vendeur ne connait même pas sa cible. Il vise tout le monde et rédige un message bateau. Du coup, ce message est mal perçu par les personnes qui le reçoivent parce qu’il n’est pas forcement adapté à l’environnement dans lequel il se retrouve, parce qu’il n’est pas aligné aux attentes de ces personnes.

Vous devez donc faire un travail préliminaire de détection de votre audience. Vous devez dessiner votre avatar client. C’est un exercice pas souvent facile à faire, mais il le faut.

On pourrait en parler dans les commentaires si vous voulez.

Maintenant que votre cible est bien déterminée, vous devez adapter votre langage. Si vous parlez à des commerciaux, vous devez parler dans leur langage. Pareil si vous parlez à des personnes du troisième âge.

Tant que la personne en face ne comprend pas et n’est pas à l’aise avec ce que vous lui dites, il vous sera difficile de la convaincre. Prêtez donc attention à cette clé.

Clé n°3 : Structurez votre message

Comme je l’ai précédemment dit, votre message doit proposer une solution au besoin de votre clientèle. Mais vous ne devez pas « jeter votre message au visage de votre lecteur ». Vous devez l’impliquer. Vous devez l’emmener à adhérer à votre message.

Dans un premier temps, vous devez lui faire votre promesse. Vous devez lui dire ceux à quoi il doit s’attendre, le problème que vous voulez résoudre.

Si cette introduction est bien faite, vous avez fait 75% de la route.

Ensuite, vous devez faire place à ses peurs, aux problèmes qu’il rencontre. Votre prospect se retrouvera dans votre message, comme si vous vous intéressez essentiellement à lui et à ses problèmes.

Et à la fin, vous devez faire une présentation des solutions que vous proposez.

Voici donc la structure globale et généraliste, que vous devez avoir dans la conception de votre message de vente.

Nous parlerons dans une prochaine clé d’un élément essentiel qui viendra compléter cette structure.

Clé n°4 : Rendez votre message accessible

Ce point est d’une simplicité déconcertante, mais on y prend garde.

Dans votre message de vente, vous devez parler à votre prospect comme si vous parlez à votre ami, comme s’il est en face de vous. Cela facilite la relation.

Vous devez utiliser des phrases courtes. Elles sont plus compréhensibles que lorsqu’on utilise des phrases à rallonge avec des tournures à s’en perdre. Faites donc l’effort de diviser ces longues phrases à de plus courtes, vous serez mieux compris.

Et puis, il faut aérer votre texte. Vous devez diviser votre message en plusieurs paragraphes, plus courts. C’est plus accessible.

Imaginez deux textes. Un où tout est condensé, phrase sur phrase. Un seul bloc. Et un autre texte, un deuxième, avec des paragraphes, avec des espaces, bien interligné, police assez visible, etc.

Lequel lirez-vous ?

Instinctivement, le deuxième. N’est-ce pas ? Le cerveau est plus adapté à la clarté.

Faites en sorte donc que votre message soit visiblement aéré, dans le fond, comme dans la forme.

Clé n°5 : Faite un appel à l’action (dire + délai urgence)

Comme je vous l’avais annoncé dans la clé n°3, un des éléments essentiels à intégrer dans votre message de vente est l’appel à l’action.

Vous savez, votre prospect peut être bien intéressé par votre solution, mais si vous ne lui dites pas ce qu’il faut faire, il peut rester bloqué. Vous devez donc lui dire ce qu’il faut faire. Vous devez le motiver à passer à l’action.

Attention ! Pas passer à l’action dans une semaine ou dans un mois, non. Passez à l’action maintenant.

Vous devez donc préciser un délai d’urgence. Et ça, c’est très important.

Votre potentiel client doit sentir l’avantage, l’importance et l’urgence de passer à l’action, maintenant.

Clé n°6 : Attirez l’attention à travers un titre accrocheur et convaincant

J’en avais déjà parlé un peu plus haut.

Le premier contact de votre message avec vos potentiels clients est dans le titre de ce dernier.

Votre titre devra accrocher votre audience. Il doit capter son attention et lui donner envie de lire la suite.

Regardez un peu les titres des journaux. Je ne parle pas du contenu. Mais des titres. Ils donnent envie.

Inspirez-vous-en.

Clé n°7 : Assurez votre audience de leur satisfaction

Ça fait quelques fois peur de s’engager auprès d’une personne qu’on ne connait pas. C’est généralement plus facile lorsque cette personne nous est recommandée ou qu’on a l’assurance de ne pas se tromper.

À cause de ce fait, vous devez utiliser les moyens qui vous rendent crédible.

Il y a entre autres les témoignages client ou témoignages de personnes qui vous connaissent ou qui ont déjà acheté votre produit.

Il y a aussi la garantie satisfait ou remboursé, ou encore, vous pouvez offrir gratuitement une partie de votre produit.

Pensez-y ! C’est des éléments qui crédibilisent votre personnalité et votre produit.

Dernier point bonus.

Je ne l’ai pas dit en début d’article, mais une des règles principales et essentielles dans la rédaction d’un quelconque message, qu’il soit de vente ou pas, est de prendre en considération les bases de la rédaction. Vous devez vous assurer que votre grammaire, vos ponctuations et votre orthographe sont parfaits. Sinon, adieu votre prospect.

Voilà ! Ce sont là, quelques clés essentielles pour rédiger un message de vente efficace. Vous devez les prendre en considération et passez à l’action. Maintenant.

Dites-moi dans les commentaires ce que vous vous engagez à faire, MAINTENANT.

Le storytelling: l’art de raconter des histoires pour vendre!

le storytelling: l'art de raconter des histoiresVous voulez que les gens se souviennent de vous ? Vous voulez rester dans l’esprit des gens ?

C’est assez simple…

Il y a une manière imparable : Parler de vous en racontant une histoire. N’importe pas laquelle des histoires.

Racontez une histoire poignante et captivante.

Prenons un exemple…

Vous êtes invité par un ami à partager un repas avec des personnes que vous ne connaissez pas.

Tout le monde se présente.

Bonjour, je suis Robert. Bonjour, moi c’est Anna, etc. Et le dîner se passe avec des échanges académiques. Sans plus.

Et vous vous séparez.

Comment pensez-vous que ces personnes étrangères vous identifieront 6, 7 mois plus tard : Le mec avec lequel on a dîné une fois… Ça craint.

Supposons par exemple que pendant ce dîner, vous leur racontez une histoire, votre histoire. Pas dans tous les détails, mais avec un objectif bien précis. Une histoire qui saura faire savoir à votre auditoire que vous avez par exemple une solution pour réduire les acnés. Comment pensez-vous que les gens se souviendront de vous? Bien sûr, en parlant du mec qui a raconté une histoire sur les acnés. Vous voyez le truc.

C’est exactement cela.

Les histoires permettent de marquer une présence, de marquer votre passage. Et c’est un outil très intéressant pour booster les activités de votre entreprise.

L’art d’utiliser ces histoires pour développer votre entreprise est ce qu’on appelle le storytelling. Et c’est ce que nous allons aborder dans l’article de ce jour.

Commençons tout de suite.

Qu’est-ce que le storytelling ?

Le storytelling ou communication narrative en langue française, c’est l’art de raconter des histoires afin de faire passer un message particulier. C’est un outil très puissant et très utilisé aujourd’hui par les entreprises et les marques pour vendre leur produit ; et ça marche.

Plus votre histoire est poignante, plus elle transmettra un message fort et plus elle s’imprégnera dans la mémoire des potentiels clients. Et c’est ainsi que vous ferez des ventes.

Si vous êtes un entrepreneur, vous savez bien que la vente est un élément essentiel pour développer un business, une activité, une affaire. S’il n’y a pas de vente, il n’y a pas de business.

Vendre, c’est apporter de la valeur. C’est créer une plus-value chez vos clients. C’est faire la différence pour ces deniers. Et s’approprier l’art de raconter des histoires est un avantage qui vous aidera dans ce sens.

Voyons maintenant 3 raisons essentielles qui justifient la puissance des histoires.

3 raisons pour lesquelles vous devez utiliser le storytelling dans votre marketing

Premièrement, il faut comprendre pourquoi et comment les gens achètent les produits et services.

C’est tout simple. Aujourd’hui, les gens achètent plus sous le fait de l’émotion. Vous avez vécu une situation difficile, et vous voulez vous en sortir. Vous voulez résoudre ce problème afin de ne plus jamais la revivre. Alors, vous agissez.

La décision est prise sous l’émotion. Et les histoires sont de véritables vecteurs d’émotions.

Deuxièmement, une histoire est plus facile à retenir que tout. Elle stimule la mémorisation. Il faut en profiter.

Si on vous demande par exemple ce que vous avez mangé le lundi dernier, ce n’est pas évident que vous vous en souveniez. Mais si on vous demande par exemple l’histoire que vous avez vécue avec votre dernière copine, ce serait plus facile. Bon ! L’exemple est peut-être un peu décalé, mais je crois que vous comprenez ce que je veux dire.

Il est plus facile de retenir une histoire que de retenir un simple message.

Troisièmement, vous devez utiliser le storytelling dans votre marketing à cause de la connexion véritable qui se crée entre votre prospect et vous. Il y a un certain lien très important qui se crée entre vous.

En tout cas, quand vous racontez une histoire, si elle est bien racontée, vous rentrez dans la vie de celui qui l’écoute. Vous crée ainsi une certaine relation particulière avec ce dernier. Et celui-ci s’identifie à l’histoire, et s’approprie donc le produit et le service qui va avec. Et c’est tout gagnant.

Voilà donc présentées, des raisons pour lesquelles vous devez vous familiariser avec l’art du storytelling.

Maintenant, comment faire tout ça ? Comment créer une histoire qui va intéresser vos prospects ?

Comment créer une histoire captivante ?

Pour créer votre histoire, il y a un certain nombre d’aspects à prendre en compte.

  • Vous devez savoir ce que vous voulez communiquer à votre auditoire

C’est un point très important. En fonction de ce que vous voulez communiquer à vos potentiels clients, l’histoire peut prendre une tournure particulière. C’est pourquoi vous devez savoir le but recherché à travers votre histoire. Vous devez bien choisir la direction à prendre afin de vous connecter avec les prospects.

Il a été démontré que les expériences personnelles sont un bon outil pour provoquer l’engagement de vos prospects. Vous devez donc songer à parler de l’histoire de l’entreprise, à travers sa naissance, son quotidien, son vécu actuel, etc. Le prospect se sentira ainsi impliqué dans la vie de l’entreprise. C’est un bon point.

  • Vous devez connaitre votre cible

Vous le savez, les gens appréhendent les choses différemment en fonction de leur vécu, de leur situation, de leur quotidien, etc. Vous devez donc connaitre la cible que vous visez afin de lui transmettre le meilleur message possible, avec les mots qu’il faut.

Imaginez-vous transmettre un message de bar et de boites de nuit à des religieux. C’est pratiquement pareil. Ce sera comme si vous prêchiez dans le désert. Faites donc attention.

  • Vous devez structurer votre histoire

Il ne faut pas raconter une histoire pour la raconter.

Vous savez, deux personnes différentes peuvent raconter une même histoire qui sera différemment réceptionnée par une même audience. Il y a tout un art derrière.

Vous devez structurer votre histoire. Vous devez suivre une certaine ligne conductrice. C’est très important si vous voulez maximiser l’impact sur votre audience.

Je vous présenterai maintenant la structure d’une histoire typique qui pourrait impacter une audience. C’est généralement cette structure d’histoire qui est utilisée par les grandes marques. Suivez bien.

On a un personnage qu’on va considérer comme étant le héros de notre histoire. Ce héros a un objectif bien précis à atteindre.

Et dans la quête de la réalisation de cet objectif, il rencontre des difficultés, des obstacles qu’il ne peut surmonter. Ça peut être des problèmes externes dû par exemple à l’environnement, à une maladie, à des personnes extérieures ou autres. Ça peut être des problèmes internes, des problèmes émotifs, des problèmes de timidité par exemple, ou de divorce. Ou bien, ça peut encore être… des contraintes externes.

Ce héros là, dans sa quête de solution, va trouver un guide. Quelqu’un qui a par exemple déjà vécu une telle situation et qui a une solution, et qui s’engage donc à l’aider.

Ce dernier, le guide, va lui donner un plan à suivre scrupuleusement, un plan qui devrait l’aider, étape par étape, à résoudre son problème. Vous comprenez ?

Ce guide va aussi motiver le héros à passer à l’action, à suivre ces différentes étapes pour obtenir un résultat, le meilleur qu’il soit. Ça peut réussir comme ça peut échouer. Mais là n’est pas la question.

Dans cette histoire, le héros, c’est votre client.

Ça vous surprend ? C’est votre client qui rencontre un problème qu’il veut résoudre.
Le guide, c’est vous. Vous apportez une solution à votre client afin qu’il résous son problème.

Votre rôle, dans l’affaire, est de faire en sorte que votre client s’approprie le produit ou le service, et qu’il passe à l’action.

Ça aussi, c’est un point très important. Vous devez faire en sorte que votre client passe à l’action. Sinon, il ne pourra jamais être un témoignage pour vous. Vous aurez gagné l’argent, c’est vrai. Mais ça se limitera à ça.Le but n’est pas seulement de gagner de l’argent. Le but, c’est aussi d’apporter de la valeur. Et de faire en sorte que vos clients en parlent autour d’eux, et qu’ils recommandent votre solution. C’est ainsi que telle une poudre, votre produit se répandra et atteindra d’autres personnes.

Revenons !

Vous devez donc faire en sorte que votre prospect sache que vous avez vécu la même situation et que vous avez réussi à la surmonter. Il vous fera ainsi confiance et s’engagera à vous suivre. Et c’est ainsi que vous vous le serez approprié.

Voilà ! Vous avez tous ce qu’il vous faut pour profiter de cet art qui vous aidera à booster vos ventes.

S’il y a une chose à retenir, c’est que les gens achètent chez des gens qu’ils connaissent, chez les gens en qui ils croient, et en qui ils ont une certaine confiance et une sympathie.

Je vous invite donc à comprendre cette dimension, à développer cette force autour des histoires qui vendent dans votre message marketing et vous verrez.

À bon entendeur, salut.

Mais ce n’est pas fini, partagez-nous dans les commentaires votre retour d’expérience ou ce que vous êtes prêts à faire dès aujourd’hui.

À toute suite dans les commentaires.

Comment devenir chroniqueur web ?

devenir chroniqueur webDevenir chroniqueur web est un métier qui s’est créé en même temps que la vague de métiers nouveaux survenus avec Internet et les nouvelles technologies.

C’est vrai, l’écriture en elle-même existe depuis longtemps, depuis l’âge de Pierre, en Égypte, mais on n’en arrivera pas là. On se limitera à nos années Internet.

On connait bien le métier de journaliste. Ces hommes et ces femmes qui font des reportages et produisent des publications dans les médias : journaux, télévision, radio, etc.

Aujourd’hui, on a un nouveau média, Internet, qui est devenu un média à forte audience, et donc naturellement, il fallait des gens pour produire le contenu adéquat pour satisfaire à cette dite audience. D’où la création de ce nouveau métier de chroniqueur web.

Il faut faire attention, car devenir chroniqueur web n’est pas la même chose que devenir journaliste. Et ça, il faut que vous le reteniez. Un chroniqueur web, il produit du contenu ; il produit de l’information, mais il n’est pas un journaliste. On en parlera dans la suite de cet article.

Dans ce présent article donc, nous parlerons de ce métier ou de cette activité de chroniqueur web. Nous parlerons de la discipline à adopter pour pouvoir exercer ce métier, et bien évidemment de comment vous aussi vous pourrez pratiquer cet exercice.

La suite vous en dira plus ; commençons tout de suite.

C’est quoi l’activité de chroniqueur web ?

Être rédacteur web, c’est avant tout écrire pour le web.

Entendez par écrire, le fait de produire un contenu adapté à Internet et aux nouvelles technologies. Le contenu pour ces plateformes se présente sous multiples formes. On part des textes aux vidéos, en passant par les audios, les photos, etc. Comprenez donc que ce n’est pas un « simple » métier de journaliste. (Je mets bien le « simple » entre des guillemets. Je respecte à sa juste valeur le métier de journaliste. Ne me faites donc pas de faux procès. Ne nous dispersons pas)

Pour devenir chroniqueur web, il faut apprendre le métier. Vous pouvez le pratiquer aisément en plus de votre activité principale. Il ne gêne en rien. Il vous faut simplement de la discipline. Une discipline qui vous aidera à faire ce qu’il faut.

Parlons-en maintenant.

La discipline du chroniqueur web

Pour pouvoir mener à bien cette activité, que ce soit en activité principale, ou en activité secondaire, vous devez avoir certaines compétences et habitudes. Ce n’est pas sorcier, mais ça relève même de l’éthique.

Vous devez être rigoureux

Vous devez être rigoureux. Rigoureux avec vous-même, rigoureux dans le travail.

Vous savez, c’est du contenu que vous produisez. Et ce contenu va à destination d’un public, d’une audience. Vous ne pouvez pas entre guillemets « faire ce que vous voulez » et le leur donner. Non, ce n’est pas comme ça que ça se passe.

C’est vrai, aujourd’hui, il y a des sites internet et blog ou autres médias liés au web, où il y a tout et n’importe quoi. Mais ceux qui les produisent ne sont pas des chroniqueurs web. Ce sont des gens, comme vous et moi, qui publient pour se faire plaisir.

Un chroniqueur web, c’est quelqu’un qui produit un contenu de qualité pour une audience bien ciblé. C’est tout un art. Il y a un travail préparatoire à faire.

Vous devez être conscient de ce que vous voulez faire et d’où vous voulez aller.

La rigueur avec vous-même exige que vous en preniez conscience, que vous vous engagiez à satisfaire une certaine audience. Votre audience doit sentir dans votre contenu, votre sincérité et votre engagement à donner le meilleur de ce que vous avez et que vous voulez partager.

La rigueur dans le travail quant à lui, impose une certaine organisation dans le travail. Vous ne devez pas publier pour publier. Vous devez analyser les besoins de votre audience, ce qu’ils veulent et quand est-ce qu’ils veulent le recevoir.

Vous devez planifier vos publications et  respecter cet ordre. Ça a ses avantages en ce sens que votre audience saura quand s’attendre à vous, et saura vous le rendre.

On pourra en détailler plus dans les commentaires, si vous le voulez.

Vous devez savoir gérer votre temps

Internet est un vaste champ où il y a de nombreuses distractions. Et vous n’êtes sans savoir que publier un seul article par exemple requiert une forte implication, une partie recherche et collecte d’information, une partie organisation de l’article, une partie rédaction, etc.

Si vous vous engagez comme ça, à la va-vite dans ce domaine, vous risquez de passer des heures et des heures à produire un contenu minimal. Et ça pourrait devenir une corvée.

Les sites internet et autres, blogs, ont besoin de contenu, et si vous n’êtes pas en mesure d’en créer en quantité et en qualité, vous n’êtes pas prêt pour réussir dans ce métier. Je vous le dis tout cru, mais c’est la vérité.

Organisez votre temps, planifiez les choses, et vous vous en sentirez mieux.

Vous devez développer vos compétences rédactionnelles

Voilà un point essentiel pour votre réussite dans ce domaine.

Si vous voulez produire un contenu de qualité, comme il a été précédemment dit, vous êtes obligé de développer des compétences rédactionnelles. Une belle école pour cela est de vous lancer dans le blogging.

Avec un blog, vous apprendrez les différentes tournures appliquées dans le monde du web, la rédaction marketing, le comment attirer votre audience à lire vos articles, le comment publier, le quoi publier et bien d’autres choses. Essentiellement, vous vous améliorez dans votre écriture. Et ça, c’est déjà un grand pas vers votre succès dans ce domaine.
Si vous êtes intéressé à savoir comment lancer un blog, et comment en tirer profit, vous savez que je suis votre homme. J’ai plusieurs articles dans ce domaine, et même une formation complète.

Vous pourrez me le dire dans les commentaires, et on pourrait en parler.

Avec ces différentes compétences, vous serez prêt, donc, à vous lancer efficacement dans cette voie.

Je n’oublierai pas l’orthographe. Vous savez qu’un texte rempli de faute fait fuir à jamais le lecteur. Je n’en dis pas plus.

Les choses à prendre en compte pour réussir dans la rédaction web

Ciblage

Vous devez déterminer, comme on dit dans le milieu, votre avatar client.

L’avatar client, c’est en fait la cible que vous visez, ceux à qui vous voulez vous adresser vraiment.

Certains rédacteurs disent cibler tout le monde. C’est un fourre-tout à mon avis. Au final, ils finissent par aller dans tous les sens. Parce que le plus important dans tout ça, c’est savoir ce qu’on fait et vers quel objectif on va. Pour cela, il faut maîtriser son audience, afin de la fidéliser.

C‘est un premier pas très important à prendre en compte.

Référencement

Voilà un autre point très important à prendre en compte : le référencement.

Vous voulez écrire pour le web n’est-ce pas ?

Sur Internet, tu as beau publier comme tu le souhaites, mais si tu n’es pas vu, c’est comme si tu n’avais rien fait. C’est pourquoi vous devez améliorer, sinon optimiser votre référencement.

Le référencement, c’est l’art de se rendre visible à travers les moteurs de recherche.

Un dicton dit que « Google est mon ami ». Quand les gens recherchent quelques choses, quel qu’il soit, ils vont sur les moteurs de recherche comme Google.

Être présent sur les premières pages d’un moteur de recherche comme Google vous garantit une audience assurée. Vous devez donc songer à votre référencement.

Compétence en informatique

Il y a un minimum à connaître dans l’informatique. Vous devez savoir au moins comment saisir vos textes, comment les publier.

La publication web ne se limite pas seulement aux textes. Il y a aussi les images, les vidéos, les mp3. Pour chacun de ces formats, vous devez savoir les intégrer, les mettre dans un format conforme à la publication web.

Toutes ces choses sont des choses qui peuvent s’apprendre assez aisément, n’ayez donc crainte.

Vous devez aussi songer à la mise en page de vos publications. C’est un élément essentiel, à ne pas négliger. Vous devez donner envie au lecteur de vous lire.

Et puis, il y a aussi aujourd’hui plusieurs outils de consultation de site internet : les tablettes, les smartphones et autres.

Tenez-en compte.

Les réseaux sociaux

En dernier ressort, il y a les réseaux sociaux.

Publier un article n’est pas tout. Après ça, il faut pouvoir en faire la promotion.  Et les réseaux sociaux sont un réel créneau à exploiter.

Vous le savez déjà.

Comment devenir chroniqueur web ?

Avec tout ce que je viens de vous partager, vous osez encore me demander comment devenir chroniqueur web ? Lol. Je ne sais pas, mais aujourd’hui, j’ai bien envie de vous taquiner.

C’est assez simple, respectez ce qui a été précédemment dit, et si vous avez des questions particulières, posez-les-moi dans les commentaires.
Aussi, pour ceux qui ont une expérience dans la rédaction web, merci de le partager avec nous. Ça pourrait aider plus d’un.

On se donne donc rendez-vous dans les commentaires.

À tout de suite