Comment avoir de la conversation ?

Bienvenue sur mon blog !
Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon livre qui vous dévoile les 7 secrets pour changer de vie Maintenant : Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement !
Merci de votre visite, et à bientôt ! :)

conseils-conversationAvoir toujours quelque chose à dire n’est pas naturel pour tout le monde.

Si certains maîtrisent parfaitement l’art du bavardage, d’autres ont plus de mal à trouver les mots justes pour communiquer.

Au travail devant la machine à café comme dans la file d’attente du boulanger, les gens parlent régulièrement de banalités.

En effet, les interactions sociales font partie intégrante de notre quotidien. Impossibles à fuir, elles relèvent de conventions implicites.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise dans ces échanges verbaux, rassurez-vous, des solutions existent.

Découvrez dans cet article comment avoir de la conversation facilement en toutes circonstances !

Développer sa culture générale 

Pourquoi avoir de la culture générale ? 

Détenir une solide culture générale est un atout indéniable dans le domaine de la communication. Non seulement cela permet de comprendre toutes les allusions éventuelles de son interlocuteur, mais également d’avoir de la conversation. Il est important de bénéficier de connaissances sur des sujets divers, parce que les contextes d’échanges dans lesquels vous pouvez vous retrouver sont nombreux. Par exemple, au restaurant, certains vous parleront de la qualité du vin.

Tandis que chez le petit commerçant du coin, ce sera la problématique du mondialisme et ses conséquences sur les prix du marché qui seront abordées.Au supermarché, vous n’échapperez pas aux questionnements éthiques concernant les œufs de poules élevés en batterie toujours en rayons. Vous l’aurez compris, plusieurs thèmes peuvent vous prendre de cours, dans les moments où vous vous y attendez le moins.

Avoir toujours quelque chose à dire, c’est finalement être capable de rebondir en toutes circonstances sur les propos de son interlocuteur. Rassurez-vous, il n’est pas nécessaire de connaître sur le bout des doigts tous les sujets du monde. Cet objectif serait d’ailleurs inatteignable. Il suffit de prendre quelques thèmes majeurs et d’en comprendre les grandes lignes !

Acquérir des connaissances facilement 

Le support le plus commun en matière d’apprentissage est le livre. Si la lecture papier n’est jamais à mettre de côté, d’autres moyens plus modernes existent aujourd’hui pour gagner progressivement en culture générale. Tout d’abord, simplement en vagabondant sur les réseaux sociaux, privilégier les lectures d’articles constructifs plutôt que les publications insignifiantes. Contrairement aux idées reçues, ces plateformes virtuelles peuvent être de véritables mines d’informations sur de nombreux sujets.

Pour cela, il suffit de les utiliser intelligemment. De même, certaines applications mobiles offrent la possibilité de se cultiver de manière ludique. Des livres audio ou numériques sont également à votre disposition à moindre prix sur le Net. Enfin, de manière générale, profitez de tous les instants où vous n’avez rien à faire pour apprendre.

Il est idéal d’utiliser ces divers outils dans le métro, dans la salle d’attente du médecin, en se préparant le matin ou même aux toilettes ! Dans la journée, les occasions sont nombreuses pour grignoter des informations. Pour se motiver, et surtout garder le rythme, il est préférable de se fixer de petits objectifs faciles. Par exemple, lire un livre minimum par mois ou apprendre au moins une nouvelle donnée par jour.

Se tenir au courant de l’actualité 

Parfois, il ne faut pas chercher très loin. Les gens ont tendance à parler de ce qui se passe en ce moment. C’est normal. La majorité a accès aux mêmes médias. Ils sont ainsi plongés en même temps dans les mêmes événements. Il est alors capital de garder contact avec l’actualité pour ne pas rapidement vous sentir exclu des échanges collectifs ! Que ce soit par le biais de la télévision, du journal, de la radio ou du Net, prenez régulièrement connaissance de ce qui se passe dans le monde.

Qu’il s’agisse de nouvelles politiques, économiques ou sociales, il vous sera toujours possible de les aborder au détour d’une conversation. Attention cependant, certains terrains sont glissants. En effet, quand il s’agit d’un sujet qui fait polémique, il n’est pas rare de devoir affronter des divergences d’opinions. Si vous n’avez pas assez confiance en vous pour appuyer la vôtre, il vaut mieux s’abstenir. L’objectif n’est pas de vous mettre dans une situation délicate !

Être attentif au contexte 

Utiliser les éléments de son environnement

Un échange entre deux individus se situe toujours dans un contexte donné. Ce contexte peut devenir pour vous un appui à la conversation. Il permet de lancer des sujets sur lesquels l’interlocuteur pourra facilement rebondir. Par exemple, si vous parlez à quelqu’un dans une salle d’attente, vous pouvez aborder le fait que vous trouvez le nombre de chaises vraiment insuffisant. De même, si vous échangez avec votre voisin dans le hall de l’immeuble, vous pouvez relever que la nouvelle décoration des boîtes aux lettres est vraiment sympa.

Soyez imaginatif. Petite mise en garde : n’en faites pas trop non plus. S’il est tout à fait acceptable d’aborder quelques banalités pour créer du lien, il deviendra plus bizarre de vous voir vous passionner pendant une heure pour la couleur d’un autocollant. Vous l’aurez compris, tout se trouve dans la juste mesure.

Utiliser des éléments communs

Toujours dans la même idée, il faut trouver des sujets qui vous lient à l’interlocuteur. C’est à dire des choses pour lesquels vous auriez un intérêt commun évident. Exemple : vous échangez avec un collègue de travail et vous parlez de la prochaine réunion d’équipe. Bien souvent, le contexte dans lequel vous êtes amené à rencontrer la personne vous donne des indications sur les points communs qui existent entre vous. En faisant naître une accroche partagée, vous fluidifiez immédiatement la conversation.

Les langues se délient beaucoup plus facilement quand deux personnes partagent un sujet auquel elles attachent toutes les deux une importance. Si par hasard vous avez d’autant plus la même opinion que votre interlocuteur sur le sujet en question, c’est un avantage supplémentaire. En effet, les gens ont naturellement plus de sympathie pour ceux qui appuient leurs idées. Il ne faut cependant pas faire semblant d’approuver sans cesse votre interlocuteur. Restez authentique. Sinon vous risqueriez de passer pour quelqu’un qui n’a aucune personnalité.

Utiliser son interlocuteur comme support

Poser des questions

Avoir toujours quelque chose à dire nécessite parfois seulement une bonne observation de son interlocuteur et de ses propos. En effet, la majorité des gens apprécient parler d’eux, qu’il s’agisse de se confier ou de raconter leurs exploits. En leur offrant cette possibilité, vous vous épargnez de nombreux efforts de parole et d’imagination, et vous garantissez le bon déroulement de la conversation.

Pour commencer, il suffit de poser des questions à votre interlocuteur sur le premier sujet dont il vous parle. Peu importe si la réponse à ces questions vous intéresse réellement ou non. L’objectif est seulement de laisser l’autre combler les vides éventuels désagréables.

Écouter activement 

Une fois la question posée, l’interlocuteur va vous répondre plus ou moins longuement. Il reste cependant capital d’écouter, au moins globalement, ce qu’il vous raconte. Cela vous permettra par la suite de rebondir sur ses propos de manière adaptée. De même, lorsque vous écoutez, montrez à votre interlocuteur que vous êtes captivé par ce qu’il vous raconte.

N’hésitez pas à user du langage non verbal, par exemple en le regardant dans les yeux ou en hochant régulièrement la tête. Il est également possible d’user de petits mots tels que : « ah oui ? », « c’est pas vrai ?! », « d’accord. ». Ces derniers mettent l’interlocuteur en confiance et l’encouragent à continuer.

Reformuler les propos 

Enfin, la dernière étape de cette technique de communication est la reformulation. Trouver la bonne réponse à une longue tirade n’est pas chose facile. Plutôt que de vous embêter à chercher des idées complexes, retranscrivez simplement les propos de l’interlocuteur, mais avec d’autres mots. Faites, en quelque sorte, un résumé de ce qu’il vient de vous raconter.

Vous pouvez également poser des sentiments sur la situation qu’il a évoquée. Exemple : « si je comprends bien, la voisine qui devait nourrir ton chat pendant les vacances s’est désistée de dernière minute ? », « Tu devais te sentir vraiment en colère qu’elle t’ait fait faux bon. », « ça devait être particulièrement stressant de trouver quelqu’un dans l’urgence. ». En agissant de cette manière, vous vérifiez et vous validez le contenu de son message. Cette méthode, très largement utilisée dans le commerce, a fait ses preuves.

Gagner en confiance en soi

Dédramatiser la situation 

Pour terminer, rappelons que c’est lorsque nous sommes stressés que nous avons le plus de mal à converser. L’anxiété qu’engendre les interactions sociales provient généralement d’un manque de confiance en soi. Il est indispensable d’aborder la communication avec autrui plus sereinement pour obtenir de meilleures performances. Les personnes timides ont souvent l’impression qu’échouer dans un dialogue est dramatique.

Détendez-vous, ce n’est pas le cas. Sachez que la gêne engendrée par deux minutes de silence ou par un propos maladroit est peut-être au cœur de vos pensées toute la journée, mais oublié beaucoup plus rapidement que vous ne l’imaginez par l’interlocuteur. Cessez réellement de vous torturer avec vos échecs. Apprenez à vous acceptez tel que vous êtes. En lâchant prise sur cette obsession du perfectionnisme, vous deviendrez beaucoup plus spontané.

Ne plus craindre le regard des autres 

La peur du regard des autres est la cause première de vos difficultés à dialoguer. En effet, quand on manque de confiance en soi, on accorde une importance démesurée à l’avis d’autrui. En restant dans cette position, vous devenez à jamais esclave des gens qui vous entourent.

Votre bonheur ne dépend plus de vous, mais de ce que l’extérieur daignera vous apporter. Quel dommage ! Demandez-vous, quand bien même une ou plusieurs personnes émettraient un avis négatif à votre égard, qu’est-ce-que vous risquez concrètement ? La réponse est rien. Vous ne risquez rien. Libérez-vous de ce fardeau de vouloir plaire à tout le monde, et commencez enfin à être vous-même !

Vous avez aimé cet article ?
Alors, vous allez sans doute adorer mon livre qui vous dévoile les 7 secrets pour changer de vie Maintenant : Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement !
Merci de votre visite, et à bientôt ! :)

Exprimez-vous !

*