Comment avoir du courage ?

comment avoir du courageAvoir le courage est sans aucun doute l’une des valeurs que partagent le plus, les personnes qui parviennent à impacter ce monde.

Que ce soit pour leurs découvertes, leurs engagements ou même leur histoire tout simplement, ils ont eu recours au courage pour passer certains caps.

Cultiver un esprit de courageux est de ce fait, une tâche à laquelle s’adonnent énormément de personnes, pourtant, ce n’est pas toujours évident d’y arriver, du moins dans l’immédiat.

Avoir du courage nécessite du temps, mais aussi une volonté à toute épreuve et de la persévérance jusqu’au bout.

Que ce soit pour se surpasser, démontrer aux autres que l’on est capable d’accomplir telle ou telle autre chose, ou même pour surmonter une peur, avoir du courage est une nécessité.

Cherchez à avoir le courage, mais dans quel but ?

Avant de jeter l’ancre, le capitaine d’un navire s’assure toujours que son bâtiment est dans les conditions optimales, de manière à être persuadé que face au déchaînement des éléments, face à la tornade, tout l’équipage sera en sécurité.

Par analogie, avoir le courage s’apparente à se préparer pour les moments difficiles en s’équipant pour anticiper. D’un autre point de vue, trouver le courage permet de passer d’un niveau X à un niveau Y, car chaque progression nécessite sa dose de courage. Et cette liste pourrait être bien plus longue. Il apparaît alors évident qu’il serait hasardeux de vouloir définir une liste exhaustive de raisons qui pourraient pousser une personne à chercher à avoir le courage.

Cependant, il faut garder à l’esprit que l’on a recourt au courage en face de ce qui n’est pas courant, usuel. Si donc il vous vient l’envie de passer à un autre cap dans votre vie, prenez la peine de vous munir de courage, et pour y arriver, il existe bien des voies et moyens à suivre.

L’un des pièges auquel de nombreuses personnes se font prendre, c’est de s’engager dans une aventure dans le but de contenter une tierce personne. En partant sur cette base, vous risquez de très vite vous essouffler. Si les motivations ne sont pas fortes, l’issue ne sera pas atteinte.  L’engagement qui doit vous pousser à chercher à avoir le courage doit d’abord être personnel et motivé par des raisons claires, en vue de clarifier les objectifs que vous souhaitez atteindre. Évitez également le suivisme et l’envie de vouloir, par tous les moyens, être mis au-devant de la scène.

Quelles sont vos pires craintes ?

Avoir le courage passe par l’identification formelle de vos « points faibles ». La peur se manifeste de plusieurs manières. Elle peut aller de la simple hésitation, au refus catégorique de prendre des initiatives, sans omettre la manifestation de troubles quand vient la prise de décision. Si vous voulez avoir le courage, vous devez commencer par identifier de façon formelle vos pires craintes. Pour y arriver, vous allez devoir faire preuve de réalisme et surtout de franchise envers vous-même.

En effet, il existe des peurs que l’on a du mal à s’avouer à soi-même, souvent parce que l’on en est gêné, ou simplement par refus d’acceptation, par refus d’assumer. Vous allez devoir faire fi de toutes ces considérations et faire une introspection. Considérez les pensées qui vous font le plus peur : parler en public, vous retrouver dans le noir, parler à des inconnus, vous adresser à une personne de l’autre sexe, affronter les épreuves…

Il n’existe pas de formule miracle pour retrouver ces choses-là, posez-vous juste les bonnes questions et laissez votre mémoire vous faire remonter les bonnes réponses.

Maintenant, vous allez devoir classifier toutes vos craintes. D’un côté, vous noterez celle qui vous paraît surmontable, et d’un autre, celles qui vous paraissent plus ancrées en vous et donc difficilement éliminables. Une fois que vous aurez défini cette liste, il va falloir déterminer pour chacune d’elles, les raisons réelles qui vous poussent à avoir peur.

De façon plus concrète, si vous avez peur de prendre la parole en public par exemple, ce sera peut-être parce que vous doutez de votre éloquence, ou encore que vous doutez de votre parfaite maîtrise du sujet, ou encore que vous gardez une mauvaise expérience d’une mésaventure au cours de laquelle vous aviez eu à prendre la parole en public. Les raisons peuvent être diverses. L’objectif ici, c’est de réussir à trouver la « faille » pour tenter de colmater la brèche, tant que faire se peut.

Dans notre exemple précèdent, peut-être que ce que vous gagneriez à faire, c’est de travailler votre prise de parole, ou encore de privilégier des rencontres dont les thématiques sont en rapport avec des sujets que vous maîtrisez parfaitement, ainsi il vous sera plus simple de vous exprimer. Comme le citait à juste titre Boileau, « tout ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ». Il ne pensait pas si bien dire.

Trouvez donc les raisons qui créent en vous toutes ces craintes et vous vous rapprocherez des solutions qu’il vous faudra appliquer pour vous améliorer. Avoir le courage nécessite du temps, en fonction de vos objectifs. Pour les craintes qui vous paraissent beaucoup plus ancrées en vous, il vous faudra, bien entendu, beaucoup plus de temps pour vous en débarrasser que des premières.

Soyez raisonnable, Rome n’a pas été construite en un jour

Ne vous précipitez pas. Vous ne parviendrez à atteindre vos objectifs que si vous procédez palier par palier, objectif par objectif. Il vous faudra être tout simplement réaliste.

Avant d’atteindre tous vos objectifs, vous devrez dans certains cas, travailler plusieurs points sous-jacents avant de voir le courage enfoui en vous, submerger. Une personne qui a du mal à entretenir une conversation avec des inconnus devra d’abord, apprendre à le faire en présence des personnes avec laquelle elle partage des affinités, puis au fur et à mesure, apprendre à s’habituer à de nouveaux visages, toute seule. Sans ce travail préalable dont l’efficacité ne se constate que sur le long terme, il est difficile de ne pas être déçu après une tentative infructueuse. Ne vous mettez aucune espèce de pression et allez à votre rythme, selon vos objectifs.

Sortez de votre zone de confort

La zone de confort est cet espace où l’on se sent comme en condition de laboratoire : sans obstacle, sans mauvaise surprise, sans changement qui exige une nouvelle adaptation… bref, c’est le cadre idéal qui en réalité n’est rien d’autre que le plus gros de tous les pièges. La zone de confort vous conditionne dans un idéal de vie qui bien souvent est aux antipodes de la réalité. S’y conformer c’est alors fermer la porte à d’autres univers.

Votre zone de confort, vous ne devrez pas y demeurer, du moins si vous aspirez à avoir le courage. C’est certainement le plus grand « tueur de courage ». Parce qu’elle met à votre disposition toutes les conditions auxquelles vous êtes habitués, elle risque de vous plonger dans un univers duquel vous ignorez tout, dès que vous la quittez. Osez le changement !

Apprenez par l’expérience

Il s’agit peut-être du meilleur des professeurs. L’expérience vous fait apprendre de vous-même, car elle vous met face aux faits tels qu’ils sont, et cela, sans artifice. Mais pour être à même de constater les avantages de l’expérience, il faut réussir à en tirer des leçons.

Voici trois questions, anodines à première vue, mais qui sont efficaces pour tirer des leçons de vos diverses expériences.

  • Ou êtes-vous déjà tombé ?

Si vous aspirez à trouver le courage aujourd’hui, c’est sûrement parce que vous en avez manqué quelque part. Identifiez là où vous avez déjà échoué.

  • Qu’est-ce qui en était à la base ?

Identifiez formellement les raisons de vos échecs passés. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, alors autant les écarter quand elles sont mauvaises.

  • Comment pouvez-vous faire en sorte que cela ne se répète plus ?

Chaque problème a sa solution. Trouvez des moyens adaptés et efficaces, pour sortir de l’impasse.

Ne vous focalisez pas que sur vos réussites, mais jetez un œil sur vos échecs passés et tournez-les à votre avantage. Si cela est nécessaire, n’hésitez pas à demander l’avis d’autres personnes dans votre entourage. On a parfois du mal à se découvrir soi-même sous son vrai jour. Mais avant, assurez-vous que ce sont des personnes de confiance qui vous répondront en toute franchise, sans forcément chercher à vous caresser dans le sens du poil, ou encore profiter de cette « brèche » pour vous faire culpabiliser ou vous enfoncer un  peu plus. Restez objectifs !

Heureusement, vous pouvez aussi apprendre des autres, de leurs expériences, de leurs exploits. Pour cela, l’un des moyens les plus efficaces reste la lecture. Certaines personnes à qui la vie a imposé de faire preuve de courage et de détermination face à des situations bien précises ont eu la hauteur d’esprit de consigner toutes leurs expériences dans des livres. Considérées comme des leaders, des modèles, des motivateurs, ce sont pourtant des questionnements, des doutes, des hésitations qui ont jalonné leurs parcours. En les lisant, vous apprendrez énormément de ces personnes, et pourrez adapter ce que vous en tirez de bon à votre propre vie.

Au-delà de la lecture, n’hésitez pas à parler aux autres, au regard de leurs expériences dont vous avez connaissance. Si vous traversez une situation qu’une personne de votre entourage a déjà vécue et a réussi à s’en sortir par la grande porte, il ne vous coûte rien de l’approcher et de prendre des conseils auprès d’elle. Vous gagnerez un temps fou, et bénéficierez d’une expérience réelle, donc forcément enrichissante.

Non, le courage ce n’est pas l’absence de peur

Avoir le courage ne revient pas à être complètement dépouillé de ses peurs et de ses angoisses. Pas du tout. C’est plutôt se donner les moyens pour arriver à contenir ses « moments de faiblesse ». Ainsi, si vous craignez le vide plus que tout, il ne servira à rien de vouloir faire un saut à une hauteur vertigineuse pour vous prouver à vous-même, ou même à votre entourage que vous êtes courageux. Au meilleur des cas, vous vous résignerez au moment de sauter. Retenez tout simplement que vous ne devez pas manquer de réalisme et choisir d’évoluer par niveaux.

Le courage en réalité se cultive. Ne poussez pas le bouchon trop loin. Le risque que vous courez en le faisant, c’est de prendre une grosse claque qui vous enlèvera toute volonté de reprendre le chemin du courage. Soyez déterminés, mais pas audacieux à l’excès. Vos objectifs doivent être déterminés dans la durée. Vous n’êtes en compétition avec personne, alors pourquoi vous mettre une pression inutile. Imposez votre rythme.

Passez à l’action !

Tant que vous ne passez pas à l’action, vous ne pourrez jamais évaluer votre capacité à faire preuve de courage. Donnez-vous de petits défis et passez à l’action. N’attendez pas de vous trouver en face d’un mur avant de chercher en vous les capacités pour l’escalader. Agissez par anticipation. Ce sont les petites actions que vous poserez au quotidien qui vous permettrons de vous améliorer.

Si vous souhaitez être plus efficaces, vous devez trouver les moyens pour rendre compte de vos différents engagements. Trouvez dans votre entourage une personne de confiance, à qui vous ferez comprendre votre envie d’aller de l’avant. Déterminez ensemble des objectifs concrets que vous voulez atteindre, et acceptez de rendre compte à cette dernière en fonction de ce que vous aurez défini.  Prenez cela très au sérieux, car il en ira de l’efficacité de vos actions. Le fait de savoir qu’un regard est posé sur vous peut vous pousser à vous surpasser et à éviter toute procrastination.

Passer à l’action c’est aussi et surtout le fait de ne rien négliger, même les actions les plus élémentaires. Inculquez-vous cette habitude de toujours faire comme convenu. Les personnes courageuses sont aussi des personnes bien organisées. C’est d’ailleurs cette aptitude qui leur permet de mieux orienter leurs tirs après chaque échec.

Si vous tombez, relevez-vous et continuez

Le courage s’exprime dans l’adversité. Si vous vous engagez dans une initiative et que vous n’avez pas à fournir des efforts pour y arriver, quel mérite votre courage doit-il  avoir ? Aucun. C’est la capacité à continuer, alors que tout indique que vous devez vous arrêter, qui fait de vous une personne qui a du courage. Ne regardez pas au nombre de vos échecs, mais plutôt à vos objectifs à long terme.

C’est au quotidien que l’on trouve le vrai courage

En réalité, personne n’acquiert le courage, car il n’est pas statique. Aussitôt que vous aurez atteint un objectif, vous sentirez en vous la volonté d’aller encore plus loin, et encore et encore. C’est la volonté de toujours aller loin qui fera grandir en vous le courage.

Dans vos activités quotidiennes, prenez des initiatives, même si c’est enjeu semble insuffisant, continuez. Tant que cela vous fait avancer, donnez-vous à fond. Commencez par votre cercle d’influence et élargissez cela à l’infini si vous le souhaitez.

Ce sont les aptitudes que vous aurez acquises dans le secret, qui parleront en votre faveur devant tous. Ne prenez donc pas cela comme une tâche de trop, mais une place dans l’atteinte de vos objectifs.

Avoir du courage est un long chemin. Sur le parcours, vous rencontrerez pas mal de situations qui seront de nature à vous empêcher d’atteindre vos objectifs. Parvenir à les surmonter, pour continuer à défendre votre engament sera certainement la première preuve qu’au bout du chemin, vous sortirez avec une plus grande dose de confiance en vous. Avoir le courage, c’est aussi se connaître et savoir se surpasser.

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

    avoir du courage, ke faire les vacances

Pourquoi toujours vouloir avoir raison ? Regardez:

toujours vouloir avoir raisonL’être humain a tendance à toujours vouloir s’imposer. Que ce soit pour faire prévaloir son avis, sa position, ou toute autre chose, il trouve le moyen d’être celui qui a le dernier mot.

De cette manière de procéder, naît très souvent des conflits qui peuvent conduire à des conséquences d’une envergure plus grande.

Pour bien cerner cette situation, il convient de comprendre pourquoi certaines personnes veulent toujours avoir raison.

Avoir raison donne un air de supériorité et procure une sensation de satisfaction et d’accomplissement. Celui dont l’argumentaire réussi plus ou moins à surpasser ceux des autres apparaît aussitôt comme quelqu’un de plus intelligent, de plus brillant, bref, cette personne semble être meilleure que les autres.

Comprendre les motivations

Les raisons qui poussent une personne à toujours vouloir avoir raison sont nombreuses, les circonstances qui conduisent à cela sont variées. Il est difficile de définir un standard, car, autant une personne qui veut s’imposer par tous les moyens est influencée par une enfance au cours de laquelle elle a toujours eu le dernier mot, autant elle peut l’être du fait de n’avoir pas assez eu l’opportunité de donner son avis. Ces deux cas de figure sont envisageables, et ce n’est pas tout.

Dans la plupart des cas, il y a trois éléments essentiels qui ressortent.

  • Le complexe de supériorité

Le complexe de supériorité est la manifestation d’une fâcheuse tendance à vouloir s’affirmer toujours plus fort que les autres, à vouloir paraître toujours plus intelligent, ou encore d’être convaincu que l’on ne peut jamais être devancé par une autre personne. Pris sous un certain angle, cette attitude n’est pas mauvaise cependant, lorsque quelqu’un en arrive à ne plus vouloir considérer les avis d’autrui en croyant détenir l’exclusivité de la vérité, nous sommes de plain-pied dans l’excès. Et quelqu’un l’a dit quelque part, tout excès devient nuisible.

  • L’égoïsme

L’égoïste ne pense que pour lui et par lui. De ce fait, que ce soit après analyse ou non d’une prise de position, d’un avis, d’un choix effectué par une autre personne, il reviendra toujours sur le choix de sa proposition à lui. Essayer de l’en dissuader est très souvent une entreprise vaine.

  • La mauvaise compréhension

Ne pas être en mesure d’accepter que les autres aient parfois raison, que leurs avis soient aussi valables peut-être dû à une incapacité à les comprendre. Déjà pour comprendre il faut écouter. Il est alors clair que celui qui refuse d’écouter ne pourra jamais apprécier les avis différents des siens à leurs justes valeurs. Il arrive aussi qu’une personne soit convaincue irrémédiablement par une idée. Parvenir à lui faire changer d’avis peut très vite se transformer en casse-tête chinois.

Au-delà de toutes ces considérations, pour avoir raison, il existe des méthodes.

Savoir avoir raison

L’être humain aime se sentir valorisé. Si vous souhaitez que votre avis soit pris en compte — car c’est selon vous la meilleure — vous, ne devez jamais rejeter celui des autres comme un vulgaire torchon. Cette attitude a tendance à rendre l’autre réfractaire et fermé sur tout ce qui suivra. Il faut agir avec tact et délicatesse.

  • Commencer par relever les points positifs

Une proposition aussi tordue soit elle a toujours au minimum un ou deux points positifs. À votre niveau, considérez ces éventuels points positifs comme des indicateurs. Repérez-les et le moment venu, faites comprendre à votre interlocuteur que vous remarquez des points positifs que son idée ou sa proposition fait ressortir. Attardez-vous sur ces points positifs aussi insignifiants soient – ils. Attention à ne pas tomber dans une flatterie vague et sans justifications.

  • Faire remarquer les insuffisances

Une fois que vous aurez relevé les points positifs, vous remarquerez que votre interlocuteur vous accordera une plus grande attention. C’est alors le moment de faire une transition. Elle consistera à mettre en relief les points « moins positifs ». La consigne première est de ne jamais être cru ni désagréable. En usant de retenue, faites comprendre à votre interlocuteur que certains points pourraient être améliorés. Ne vous limitez pas à énumérer des points sans apporter d’éclairage. Évertuez-vous à lui faire comprendre les limites de son point de vue sans le vexer. De votre manière de procéder dépendra l’attention qu’il accordera à vos propositions.

  • Donner son point de vue

Votre point de vue, aussi extraordinaire qu’il puisse vous paraître, peut avoir des insuffisances. Sans mettre en doute la crédibilité de vos propos, évitez surtout de donner l’impression que vous avez une idée de génie. Restez plutôt raisonnable pour ne pas paraître plein d’égo.

Une fois que le décor est planté, mettez en avant les points forts de votre prise de position. Analysez ensemble pour ensuite laisser le soin à l’autre de tirer sa conclusion. L’objectif est de lui faire des suggestions sans qu’il s’en rende compte. Pour cela, il existe de nombreuses astuces.

L’une d’entre elles consiste à poser des questions. Regardez plutôt ces quatre exemples :

  1. Ne penses-tu pas que si l’on procède de la sorte les résultats seront meilleurs ?
  1. Étant donné que la situation est ainsi, ne serait-il pas plus judicieux d’appliquer cette méthode ?
  1. Plutôt que de chercher à contourner le problème, ne serait-il pas plus efficace de le résoudre définitivement ?
  1. Cette méthode n’est-elle pas envisageable ?

Vous devez laisser la proposition venir de votre interlocuteur. En toute objectivité, vous devez admettre lorsque c’est le cas, que vous ne pouvez pas toujours avoir raison.

Réorganiser ses idées

Si vous constatez que vous ne parvenez pas à convaincre l’autre partie, lâchez prise pour mieux organiser votre argumentaire. La vérité c’est que des arguments mal rendus peuvent apparaître sous un autre visage. Il convient alors d’être convaincu soi-même avant de parvenir à être convaincant. Réorganisez vos idées, revoyez l’ordre dans lequel vous les présentez, faites le tri pour ne garder que les meilleures, puis assurez-vous d’avoir toute l’attention de votre auditoire avant de vous lancer.

Accepter de reconnaître son tort

Rentrer en confrontation directe pour imposer sa position ou son point de vue se solde très souvent par un échec. Dans bien des cas, l’objectif de chaque partie n’est pas de confronter ses arguments à ceux de l’autre partie comme cela devait être le cas. En souhaitant s’imposer coûte que coûte, il devient quasi-impossible pour l’une des parties de de se laisser convaincre par l’autre. Cela est valable dans les deux sens.

Dans un cadre professionnel par exemple, le fait de vouloir toujours avoir raison peut devenir un véritable poison et finir par se transformer en un conflit d’intérêts.

Vous devez capable de vous rétracter lorsque votre raison vous le fait comprendre.

Vouloir toujours avoir raison est le propre de l’Homme. En effet, cet état de fait donne de la valeur vis-à-vis de son égo et réjouit le cœur. Mais pour y arriver, il faut des méthodes qui ne sont pas toujours sues de tous. Si rentrer en confrontation directe vous semble être la meilleure manière de convaincre les autres, pensez dorénavant à essayer d’autres méthodes qui vous engagent moins dans une sorte de défi. En plus de faire comprendre à votre interlocuteur que vous lui accordez toute sa valeur à son point de vue, vous pourrez par la même occasion lui suggérer votre avis qu’il ne verra plus comme un dictât que vous lui imposez.

Il est raisonnable de vouloir avoir raison, mais face aux limites de ses arguments, reconnaître que l’on a le dos au mur peut éviter un grand nombre de désagréments. Plutôt que de vouloir toujours avoir raison, militez pour que l’avis le plus raisonnable prenne toujours le dessus.

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

    les ondes négatives d\une personne, peut-on gagner la confiance d\autrui?, vouloir avoir raison, 50 façons de toujours avoir raison, pourquoi certaines personnes veulent toujours avoir raison

Comment être positif : 30 façons de le rester au quotidien!

comment être positifNous vivons dans une société qui évolue à une vitesse surprenante. Les évènements se succèdent tellement rapidement que l’on en perd très souvent le fil.

Que nous le voulions ou pas, nous en sommes influencés. Dès lors, si nous n’y prenons garde, nous développons des attitudes qui sapent le moral. Au quotidien, faire le choix d’être positif s’impose.

Pourquoi rester positif ?

La positivité est un état d’esprit qui a pour objectif de nous faire passer d’une vie de frustration à vie d’épanouissement total. Cela est possible si certaines techniques sont appliquées. Dans les lignes qui vont suivre, nous vous proposerons 30 façons de rester positif au quotidien.

1 — Décider de faire le choix

Une chose est certaine, le point de départ de toute entreprise, c’est le choix. Vous devez tout d’abord choisir de demeurer positif avant de vouloir appliquer quelques techniques que ce soient pour y arriver. Le plus important c’est de comprendre que sans volonté réelle, il est impossible de positiver, car c’est un processus qui devra faire partie de votre quotidien. Vous devrez vivre en ayant à l’esprit que la moindre décision que vous prendrez aura un impact direct sur vous. Le choix est un impératif.

2 — Se lever du bon pied

Le réveil matinal a une incidence extraordinaire sur la journée tout entière. C’est en quelque sorte le point de départ, c’est lui qui donne le ton de la journée. Si vous pensez qu’une situation risque de vous irriter à votre réveil, donnez le tout pour le tout afin de la résoudre avant de fermer les yeux pour la nuit. Assurez-vous qu’en ouvrant les yeux et en quittant votre lit, aucune idée négative ne viendra vous fermer les portes d’une journée pleine de bonne humeur. Une journée réussie se prépare la veille déjà.

3 — Faire ce qui procure du plaisir

Il n’y a rien de plus gratifiant que de pratiquer une activité qui procure du plaisir. Une fois entamé, votre cerveau délivre des hormones qui seront bénéfiques pour tout votre organisme. Vous ne pourrez que profiter de ses bienfaits. C’est donc à vous de voir, qu’est-ce qui vous procure du plaisir ?

 4— Fréquenter des « personnes positives »

Le pessimisme est contagieux, bien plus contagieux que certaines affections connues par la médecine moderne. Entourez-vous de personnes aptes à vous faire nourrir des pensées positives. Les pessimistes, trouvez le moyen de les fréquenter le moins que vous le pouvez. Observez tous vos amis, analysez leurs propos. Sont-ils du genre à déprimer rapidement ou plutôt à toujours sortir des phrases qui encouragent ? Ouvrez les yeux et décidez de ceux à qui vous voulez « ressembler ».

5 — Laisser les choses venir

Il est des évènements de votre vie que vous ne pourrez jamais influencer. Inutile donc de vouloir user de pouvoirs dont vous ne disposez pas. Lorsque vous accepterez de laisser ces « super-évènements » suivre leur cours, vous pourrez aisément vous concentrer sur celles qui sont de votre ressort. Vous aurez ainsi refoulé une culpabilisation gratuite.

6 — Ne pas se concentrer (constamment) sur ses objectifs

La poursuite des objectifs lorsqu’elle devient obsessionnelle peut altérer gravement votre perception des priorités. Si l’atteinte de ces objectifs devient difficile, voire impossible, vous développerez sans vous en rendre compte, une grosse dose d’amertume qui commencera à détruire l’estime que vous avez de vous-même.

7 — Faire attention à ce que l’on regarde/écoute

Ce que vous entendez, les programmes télévisés que vous regardez, la musique, internet… influencent votre subconscient. Cette influence vous emmènera à être enclin à un certain type de réflexions. Un tempérament défaitiste s’acquiert au fil du temps. Privilégiez les programmes qui vous aideront à élever votre esprit.

8 — Éviter de demeurer dans l’oisiveté

La solitude a certes ses avantages, mais elle vous met dans la position idéale pour ruminer amertumes et frustrations déjà vécues. Privilégiez une activité saine qui conditionnera votre esprit à positiver.

10 — Ne pas tomber dans le piège de la routine

L’être humain a une fascinante capacité d’adaptation qui est bénéfique dans bien des aspects de la vie. Cependant, lorsque s’installe la routine, le plaisir débarrasse le plancher. Une activité qui vous arrachait un brin de sourire pourra très vite vous paraitre ennuyeuse si elle devient trop répétitive et mécanique. À la longue, elle deviendra nocive pour votre esprit. Osez innover.

11 — Vaincre ses craintes

Lorsque vous vous posez la question de savoir si vous arriverez à atteindre un objectif spécifique, retenez que c’est aussi parce que vous pouvez arriver à le faire qu’il y a un doute dans votre esprit. Surmontez la crainte d’échouer et focalisez-vous sur la possibilité extraordinaire que vous avez de réussir. Une crainte constante vous fera entrer dans ce cercle vicieux : crainte — échec — frustration — crainte.

12 — Planifier ses journées

La déprime vient souvent du fait que les objectifs fixés n’ont pas été atteints. Mettre toutes les chances de votre côté dans l’atteinte de vos objectifs est donc primordial. Organisez-vous, planifiez, faites ce que vous savez le mieux faire.

13 — Contrôler ses émotions

Les émotions ont une incidence immédiate sur vos états d’âme et d’esprit. Pour les contrôler, vous devez d’abord vous connaitre parfaitement. Ensuite, ce sera à vous de savoir quel impact telle ou telle autre entité peut produire sur vous. Une fois que vous avez l’information, faites le choix de ce que vous laisserez vous affecter.

14 — Pratiquer le « monologue de la motivation »

Tenez-vous devant un grand miroir, de préférence le matin avant de quitter la maison. Observez-vous droit dans les yeux pendant un instant (5 à 10 secondes). Puis, parlez comme si vous étiez en face d’une autre personne. Prononcez des pensées positives, prononcez-les à haute voix. Dites à celui que vous voyez en face de vous que vous le savez capable de faire telles choses ou telles autres encore. Rassurez-le quant à ses chances de réussite. Sa confiance ou plutôt votre confiance en sera affectée positivement.

15 — Être simple comme un enfant

Observez un enfant qui s’en donne à cœur joie à un jeu qu’il adore. Vous le verrez rire aux éclats, sans se soucier de quoi que ce soit. C’est ainsi que vous devez être. Sachez apprécier chaque instant de bonheur qui se présente à vous. Chassez la tristesse. Profitez de la vie.

16 — Éviter les comparaisons gratuites

La comparaison, si elle a pour but de vous faire évoluer est souhaitable. Dans la plupart des cas, il est difficile de l’utiliser pour atteindre cet objectif. En règle générale, les comparaisons servent à s’assurer que l’on est bien meilleur que celui-ci ou encore celui-là. Elle est utilisée dans un esprit de compétition. Si elle est mal gérée, la frustration qui en résulte peut être grande. En fin de compte, ce sont des pensées pessimistes qui sont récoltées.

17 — Avoir confiance en soi

La confiance est la première arme qui éloigne le pessimisme. Tant que vous souffrirez d’un manque de confiance, vous aurez tendance à toujours croire que les autres sont meilleurs que vous. Difficile dans ces conditions de demeurer positif. Gardez à l’esprit vos exploits passés, inspirez-vous-en pour garder une mentalité de vainqueur.

18 — Lire régulièrement

La lecture est un voyage fabuleux qui vous permet de transcender les réalités de ce bas monde, en mettant à rude épreuve votre imagination. Pratiquez-la plus souvent. Vous pouvez par exemple vous réserver quelques minutes de lecture, une fois dans votre lit,  avant de vous endormir. Vous parviendrez ainsi à libérer votre esprit de toutes les tensions endurées au cours de la journée, et préparer celle à venir.

19 — Lever les yeux et contempler le ciel

Levez les yeux vers le ciel, contemplez-le durant quelques secondes. Regardez les oiseaux qui virevoltent, observez leur liberté et dites-vous que vous êtes aussi libres. Dites-vous que ce monde est beau et fabuleux, souvenez-vous que vous avez votre rôle à jouer dans ce beau décor.

20 — Se donner du repos

Un esprit ou un corps épuisé commence à se rapprocher de la nervosité. Si vous sentez que vous êtes à bout, n’hésitez pas à prendre un bon repos bien mérité. Votre bonne humeur aura ainsi le temps de se régénérer.

21 — Se fixer des objectifs à très court terme

Des objectifs à très court terme ont pour but de créer en vous la fierté d’avoir accompli quelque chose de probant. Ne vous en privez pas, gratifiez-vous de vos acquis et votre volonté de continuer deviendra encore plus grande.

22 — Refuser de voir le verre à moitié vide…

Face à une situation donnée, tout est dans les yeux de celui qui observe. Chaque évènement prend la valeur que l’on décide de lui accorder. Le maitre à bord c’est bien vous. Devant un projet qui peine à aboutir parce que certains moyens font défaut, le pessimiste se concentrera sur ce « trou » qui en empêche l’accomplissement. Il développera alors des pensées et des attitudes qui le rendront amer et incapable de poursuivre le projet pour lequel il se montrait si enthousiaste.

23 — … et se focaliser sur celui à moitié plein

Pour ce qui est de quelqu’un d’optimiste, il gardera plutôt les yeux sur les réalisations déjà faites, en restant positif quant aux perspectives à venir. Ici encore, chacun aura décidé de ce qu’il veut garder dans son esprit. Il vous faudra forcer votre esprit à se focaliser sur le positif, au fil du temps, cet exercice deviendra plus évident, il relèvera plus de l’intuition.

24 — Savoir écouter les autres

S’il est difficile de parler, il l’est encore plus d’écouter les autres le faire, surtout s’il est question d’un sujet sans grand intérêt. Pourtant, il s’agit bien d’une qualité qu’il faut avoir si l’on veut demeurer positif au quotidien. Le fait que vous ne soyez pas vraiment intéressés par un sujet et que vous devriez l’écouter tout de même peut créer en vous des pensées négatives qui peuvent aller jusqu’à une aversion contre votre interlocuteur. Vous devez lutter contre cela. Une fois que vous aurez appris à le faire, vous ne vous limiterez plus au message porté, mais vous accorderez toute son importance à votre interlocuteur. Vous ne développerez plus d’amertume.

25 — Faire la paix

Une personne avec un cœur en peine réduit ses chances de nourrir des pensées positives. Que vous soyez fautifs ou non, faites l’effort, dans la mesure du possible, de trouver les moyens de mettre fin à toute situation qui crée en vous des ressentiments. Une fois que vous l’aurez fait, vous serez surpris de constater la paix intérieure qui vous submergera. Votre esprit sera ainsi libéré.

26 — Être aimable

Ne nourrissez pas un tempérament d’éternel frustré. Soyez aimable, efforcez-vous de sourire plus souvent et de dire des mots agréables aux autres. Encouragez-les pour leurs réussites mêmes les plus insignifiantes. La première conséquence c’est que ces derniers seront plus aimables envers vous et  vous apprécieront mieux. La seconde vous la remarquerez vous-même, car vos journées deviendront plus gaies et plus illuminées.

27 — Consulter un psychologue

Il peut arriver que votre pessimisme provienne d’un détail dont vous-même n’avez pas conscience. Pensez à consulter un psychologue qui vous aidera à déceler cela.

28 — Pratiquer la relaxation

À certains moments, il suffit juste de libérer votre esprit pour mieux vous sentir. Pensez à vous relaxer plus souvent. Pratiquez du sport, sortez suivre un film au ciné… L’objectif est de libérer la tension que vous avez emmagasinée dans votre système nerveux. Le bien que vous en tirerez vous surprendra.

29 — Le rituel de la motivation

Chaque fois que vous vous sentez en train sombrer dans le pessimisme, trouvez un moyen de revenir à la berge. Vous pouvez par exemple vous répéter intérieurement une phrase auto-motivante. Cela pourrait être une phrase qui ressemble à celle-ci : « Je peux y arriver, car j’ai en moi les capacités de le faire ». Autrement, ça pourrait être une sorte de fiche sur laquelle une telle phrase est écrite, il s’agira donc de la sortir et de la visualiser.

30 — Ne pas se priver de rire

Connaissez-vous les vertus du rire ? Au-delà de tout, rire permet de libérer la joie enfouie en vous. Ne vous empêchez donc pas de rire quand l’occasion se présente.

Décider d’être positif au quotidien est un choix qui garantit une vie d’épanouissement. D’un côté, vous rendrez votre vie plus harmonieuse, car vous serez en phase avec vous-même, mais d’un autre côté, vous vous attirerez la sympathie de votre entourage, car vous serez d’une compagnie agréable. Le choix vous revient.

Comment parvenez-vous à demeurer positif au quotidien ?

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

    être positif, positif, ETRE POSITIVE, image positive, comment être positif, rester positif, sylvain wealth positive, que faire pour atteindre le bonheur, POSITIVE, comment soyez positifs